Deux, trois fois moins chère que ses concurrents (8.200 euros hors TVA), la Logan entre dans la réflexion lors de l'investissement. Le différentiel de prix permet l'achat d'un SSV pour les parcelles inaccessibles.

Le Dacia Logan en images : Vidéo et diaporama

Fiche technique

 Puissance : 85 ch

 Garde au sol : 19 cm

 Capacité de charge : 800 kg

 Rayon de braquage : 2,4 mètres

 Consommation : 7 litres/100 km

Design

Conçue dans le plus pur style roumain, la Logan n'attise pas franchement les convoitises. C'est, en fait, la version break dont on a découpé l'arrière un peu brutalement. La caisse est très profonde, ce qui donne l'impression d'avoir une baignoire derrière l'habitacle.

Habitacle : 6/10

À l'intérieur, c'est du classique Dacia, sans surprise par rapport à la version utilitaire testée en 2009. Néanmoins, il donne moins l'impression de low cost que l'utilitaire et son panneau de séparation en plastique noir.

Ce véhicule n'a rien du 4 × 4, ce qui est logique puisque c'est un 2 × 4. La finition est correcte, mais il ne faut pas regarder de trop près. Ainsi, la mousse d'isolation est apparente dans les buses de la ventilation. Cette version est plutôt haut de gamme, avec des vitres électriques.

En revanche, le réglage des rétroviseurs s'effectue manuellement. L'espace de rangement est réduit au strict minimum, avec deux porte-canettes et la possibilité de glisser quelques affaires derrière les sièges. La vitre arrière ne s'ouvre pas et ne possède pas de circuit de dégivrage.

Moteur : 9/10

Le moteur Renault qui équipe cette Logan est le plus puissant proposé pour cette catégorie de véhicule, avec 85 ch. Ce 4-cylindres est peu bruyant et s'avère assez coupleux. C'est le champion de la consommation, avec moins de 7 l/100 km.

Transmission : 5/10

La boîte à 5 rapports est directement héritée des anciennes Clio de Renault. On sent bien la pignonnerie en passant les vitesses. Correctement étagée dans l'ensemble, elle souffre tout de même d'un assez grand écart entre les rapports 2 et 3, qui peut devenir pénible en ville. Les autres rapports sont plus rapprochés.

Maniabilité : 10/10

Avec son rayon de braquage de 4,77 m, la Logan est la plus maniable de l'essai, avantagée par ses deux roues motrices permanentes. Il ne faut que 3 tours et demi de volant pour aller de butée à butée. Ce véhicule est aussi maniable qu'une berline.

Sur la route : 8/10

La Logan se conduit comme une berline classique, avec une position basse. En charge, il faut penser à adapter sa vitesse, car l'arrière a tendance à emporter l'ensemble.

Ainsi, à l'image de ce qu'a été le Citroën C15 en son temps, la Logan se révèle un véhicule adapté à une utilisation en exploitation et qui, dans bien des cas, est tout à fait apte à sortir des sentiers battus.

A basse vitesse, on perçoit un bruit de cliquet, qui se transforme en bruit plus sourd au-delà de 110 km/h. Le circuit de freinage du modèle de l'essai était défectueux. Le signal de l'ABS est resté allumé pendant toute la durée du test.

Franchissement : 4/10

C'est entendu, la Logan ne peut rivaliser avec ses concurrents à quatre roues motrices en franchissement pur et dur. Pourtant, la petite roumaine tire plutôt bien son épingle du jeu dans une utilisation quotidienne.

Bien aidée par son moteur et son poids plume, la Dacia arrive à se sortir de chemins relativement gras, du moment que le fond est stable. Ce qui freine ses ardeurs, c'est la garde au sol de 19 cm seulement au point le plus bas. Il ne faut donc pas mettre son carter n'importe où.

En conditions difficiles, il ne faudra pas, pour autant, trop baisser sa vitesse d'évolution, sous peine de plantage... Eh oui, la Dacia reste une 2 roues motrices !

Entretien : 8/10

La maintenance journalière est classique, avec tous les points de visite accessibles sous le capot. Attention, toutefois, lors du nettoyage de l'intérieur : la moquette a tendance à s'effriter plus vite que les taches.

Caisse : 9/10

La caisse est profonde et bien pensée, avec des trous pour le nettoyage et un revêtement en plastique.

La vitre arrière est protégée du chargement par des montants en acier.

Le seul problème de cette caisse reste son étanchéité défaillante au niveau des ouvertures : on peut glisser le petit doigt entre le montant et la porte. 

LE BILAN DE L'ESSAI
Les plusLes moins

Prix imbattable

 Profondeur de la caisse

 Rapport poids-puissance

Seulement 2 roues motrices

 Circuit de l'ABS défectueux

 Bruits suspects

par Sébastien Chopin, Henri Etignard, Corinne Le Gall et Nicolas Levillain (publié le 9 avril 2010)