« Lorsque j’ai repris la ferme de mon père, je voulais passer en bio. Mais il y a la théorie et le sens pratique. L’enherbement étant un réel frein, j’ai d’abord décidé d’aller vers l’agriculture raisonnée, un héritage familial », explique Grégoire Janvier. Après une année en conduite « classique » pour se familiariser au métier, le jeune agriculteur...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !