L’agriculture invente en permanence et l’histoire d’Antoine Dequidt l’illustre parfaitement. Installé à Ramecourt, dans le Nord, l’agriculteur a eu l’idée du boîtier connecté pour tracer les machines et maîtriser les charges de mécanisation il y a un an. L’association avec Alexandre Cuvelier, un ingénieur rencontré lors d’un séminaire d’entrepreneurs, a déclenché le projet ConnectAgri. Celui-ci aboutit aujourd’hui à la réalisation et la mise sur le marché du boîtier Karnott lors du prochain Sima.

Durée, distance et largeur de travail

Pour les deux associés, l’objectif est que le produit puisse être placé sur n’importe quel outil. Le boîtier enregistre les informations de durée, de distance et de surface de travail, notamment grâce au GPS. Parmi les autres capteurs installés dans Karnott, on trouve par exemple un gyroscope et un accéléromètre. Dès qu’un mouvement est détecté, le boîtier se met en marche. Il n’y a donc pas besoin de l’allumer.

Pour fonctionner, un boîtier doit aussi être placé sur le tracteur. Il est alors branché à l’allume-cigare. Équipé en GPRS, c’est celui-là qui communique avec la plateforme web. Au démarrage du chantier, le boîtier placé sur l’outil communique avec celui placé sur le tracteur. Les boîtiers possèdent de puissants aimants. Il est ainsi possible de les déplacer facilement. Karnott est étanche.

En temps réel et en groupe

Des comptes spécifiques peuvent être créés pour chaque utilisateur, qu’il soit dans une Cuma ou dans un autre cadre de fonctionnement. Un fichier Telepac peut être importé pour créer les parcelles ou elles peuvent être dessinées. Les matériels enregistrés figurent en temps réel sur une carte Google Maps, visible depuis n’importe quelle interface. En effet, les concepteurs ont choisi une solution 100 % internet pour l’utilisation des comptes. Pas d’application spécifique pour tablette ou smartphone donc.

Temps d’utilisation, distance parcourue et surface travaillée peuvent être consultés. Productivité et performances peuvent ainsi être épluchées par l’utilisateur du matériel, qui peut aussi regarder les performances des autres utilisateurs d’un même groupe pour ce matériel. Un calendrier récapitule les différents travaux pour une période choisie. Des visuels sous forme de graphiques sont aussi proposés.

Un SMS d’alerte est envoyé quand le boîtier s’éloigne de plus de 40 km de l’exploitation. Les données sont, quant à elles, stockées sur des serveurs en France. La conception technique des boîtiers et leur fabrication sont pour le moment sous-traitées à un bureau d’études.

Vincent Gobert