La coopération peut être facilitée par des traditions locales. « En Lorraine, historiquement, les troupes ovines pâturaient des herbages derrière les bovins, relate Gilles Saget, de l’Institut de l’élevage. Ce qui est nouveau, c’est le pâturage de surfaces céréalières par les ovins : dérobées ou Cipan. Il permet à des éleveurs spécialisés de développer...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !