Les doubles rouleaux fleurissent un peu partout sur les salons et dans les catalogues des constructeurs : ce succès s’explique d’abord par la polyvalence apportée par le système. Avec l’agrandissement des exploitations, les parcellaires deviennent hétérogènes. Or, la portance et l’adhérence d’un tel outil restent convenables sur sol léger comme sur sol lourd.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Les doubles rouleaux fleurissent un peu partout sur les salons et dans les catalogues des constructeurs : ce succès s’explique d’abord par la polyvalence apportée par le système. Avec l’agrandissement des exploitations, les parcellaires deviennent hétérogènes. Or, la portance et l’adhérence d’un tel outil restent convenables sur sol léger comme sur sol lourd.

Stabilité et meilleur décrottage

D’autres facteurs favorisent ce système. En terres collantes, certains doubles rouleaux sont positionnés pour s’auto-décrotter par friction, car ils s’imbriquent. Un moyen plus efficace qu’une simple lame de décrottage.

On observe également une stabilité plus importante du déchaumeur à disques indépendants, parfois sujet au sautillement avec un rouleau simple. Grâce au succès de cette configuration, de nouvelles techniques se sont développées. Utiliser deux diamètres différents améliorerait le comportement du double rouleau sur les sols limoneux.

Soigner les réglages

Le principal inconvénient de cet outil est connu : si l’aplomb n’est pas correctement réglé, un tel montage se révèlera inutile. Sans oublier l’usure, qui ne se ferait que sur un des deux rouleaux. Des systèmes de parallélogrammes ont vu le jour pour assurer un suivi du sol impeccable.