«Les Luxembourgeois sont beaucoup plus pragmatiques que les Français. Pour eux, peu importe les labels, que ce soit bio ou non, ils achètent ce qui correspond à leurs besoins », expliquent Bernadette et Norbert Handrick.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !