Voilà plus d’un an que les premiers contrats laitiers entre producteurs et transformateurs, signés en 2012, sont arrivés à échéance. Pourtant, nombre d’OP ne les ont pas renouvelés. Principal point de blocage : la détermination d’une formule de prix. Pour l’heure, le prix du lait est entériné au gré d’accords ponctuels, au mieux sur un semestre, au « pire » sur un...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !