«A ujourd’hui, nos interlocuteurs, ce sont les organisations de producteurs (OP) », martèle Robert Brzusczak, président de la Fnil. Depuis leur reconnaissance officielle en 2012, les OP se sont ancrées dans le paysage. Ou presque. Le 6 juillet dernier, un communiqué annonce la création d’une structure nationale des OP laitières, regroupant trois associations d’organisations de producteurs et six OP, verticales comme horizontales...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !