Gilles Canart exploite 217 ha à Landifay-et-Bertaignemont (Aisne), répartis entre du blé, du colza, des betteraves et du maïs. Toutes ses parcelles se trouvent dans le périmètre d’un bassin d’alimentation de captages (Bac) classé « Grenelle », c’est-à-dire soumis à la mise en place de zones de protection et de plans d’actions contre les pollutions diffuses. Plutôt que de subir des...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
Si vous êtes abonné, cliquez ici pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !