Arthur Idrac exploite avec son père 600 ha dans les coteaux du Gers. Tout son matériel est en propriété et il réalise ponctuellement des travaux pour des tiers. Il calcule précisément ses coûts de mécanisation avec un logiciel spécifique. « Cela me permet de connaître mon seuil de commercialisation. Ce n’est plus suffisant de se contenter de gérer les charges opérationnelles. Il faut adapter...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !