L’EasyCut nous arrive par la route, via le concessionnaire local. Elle est déjà attelée à un Valtra N. Au premier coup d’œil, on voit que la Krone est conçue d’un seul bloc, ramassé et épuré. L’attelage se fait grâce à un triangle Accord. Avant de prendre la route, nous replions les deux côtés de la faucheuse. Au travail comme en position transport, ils sont verrouillés. Une clé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

L’EasyCut nous arrive par la route, via le concessionnaire local. Elle est déjà attelée à un Valtra N. Au premier coup d’œil, on voit que la Krone est conçue d’un seul bloc, ramassé et épuré. L’attelage se fait grâce à un triangle Accord. Avant de prendre la route, nous replions les deux côtés de la faucheuse. Au travail comme en position transport, ils sont verrouillés. Une clé est nécessaire pour les replier.

Arrivés au champ, nous démarrons la prise de force pour faucher et vérifier le réglage de la suspension du lamier. Après un aller-retour, il semble être trop lourd, avec trop d’appui au sol. Nous augmentons la tension des ressorts à l’aide des deux manivelles situées au-dessus de la faucheuse. La faucheuse reste bien stable et ne marque pas trop le sol, encore humide des dernières pluies de l’avant-veille. Plus les ressorts sont tendus et plus le lamier est allégé. A haute vitesse, au-delà de 15 km/h, il est préférable de diminuer la tension des ressorts pour stabiliser le lamier. Ce réglage s’affine selon les conditions.

Réglage sans outils

Dans les zones les plus bosselées de la parcelle, le lamier épouse bien le terrain. Les ressorts se tendent ou se détendent en fonction du relief du sol et de la position du relevage. Le système est efficace. Si on l’étudie de plus près, nous constatons que si le relevage se lève sur une bosse par exemple, les ressorts se détendent, apportant du poids sur le lamier. En roulant, nous n’avons pas constaté plus de marques au sol dans la phase montante de la bosse que dans la descente.

Le lamier est proche du tracteur et réagit très vite. Pour faciliter le suivi des irrégularités du sol, le troisième point est télescopique. Depuis le poste de conduite, la visibilité n’est pas perturbée. Pour les passages en bord de champ, le contour en caoutchouc de la faucheuse protège les carénages. Au bout du champ, seul le relevage est manipulé. En reposant la faucheuse, il faut penser à mettre le relevage en position flottante.

Lamier. Le SmartCut est entraîné par l’arrière via une cascade de pignons montés les uns derrière les autres. La puissance est transmise aux 7 assiettes par des plus petits pignons. Les assiettes sont avancées sur le lamier et tournent à 3 600 tr/min. Cette configuration offre un lamier profond. Des patins complètent son glissement sur l’herbe. Le caisson soudé baigne dans une huile sans entretien. Une trappe boulonnée à l’extrémité laisse l’accès à la pignonerie en cas de besoin. Les pare-pierres et les contre-couteaux sont soudés. Les assiettes se composent de plusieurs éléments, dont des pièces d’usure renouvelables. En cas d’obstacles, les couteaux tournent sur 360 °. Chaque assiette est protégée par une sécurité nommée SafeCut. Lors d’un gros choc, une goupille élastique (Mecanindus) double sur l’axe d’entraînement de l’assiette rompt. L’assiette tourne alors sur un pas de vis pour remonter de quelques centimètres. Elle est retenue pour ne pas passer dans le flux d’herbe. Un magasin est prévu dans le châssis pour ranger des couteaux et des goupilles de rechange. L’opération nécessite des outils. Elle mobilise la faucheuse une vingtaine de minutes, selon le constructeur. Quant au changement rapide des couteaux, il est de série. Lors d’Agritechnica, Krone présentait le remplacement rapide par assistance pneumatique. Les assiettes sont hautes et transfèrent le fourrage en formant 4 flux entre elles. Les tambours latéraux recentrent le flux.

Conditionneur. Il est intégré au châssis de la faucheuse. L’entraînement s’effectue à l’aide d’un renvoi d’angle via une boîte de vitesses. Elle offre deux régimes sélectionnés par une manette verrouillée par une vis à tête papillon. Le conditionneur de 640 mm de diamètre travaille sur une largeur de 2,5 m. Les doigts semi-mobiles en V sont longs. Ils s’effacent de quelques degrés en cas d’obstacles ou de gros paquets. L’agressivité de la tôle gaufrée est réglable selon 7 positions. Un schéma explicatif facilite le réglage. Par contre, la poignée est trop petite. Quand il faut relever la tôle, il faut s’y prendre à deux mains. Derrière le conditionneur, le fourrage est regroupé en un andain par deux tôles, dont l’ouverture est réglable sans outil.

Dételage. Si l’utilisation de l’EasyCut est simple, le dételage est plus fastidieux. Il faut au préalable verrouiller la tension des ressorts avec deux chevilles. Cette action libère la tension des chaînes, qu’il faut ensuite démonter à l’aide de maillons rapides. Enfin, un pied côté gauche est à placer en position remisage avant de décrocher le triangle de la faucheuse. Côté entretien, les principaux graisseurs regroupent ceux des arbres à cardans. Les autres sont placés sur les paliers du conditionneur.