Fournir des preuves, voilà ce qui est demandé pour obtenir le classement « nuisible » d’un animal. C’est là qu’intervient le piège photographique. La seule capture ici, c’est l’image de l’intrus, qui peut ensuite être transmise aux fédérations de chasseurs ou à la Fredon, pour appuyer une demande de dédommagement, par exemple. Ce type de piège coûte entre 100 et 300 ...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !