«Produire au moins 25 millions de litres sur tout le territoire », telle est l’ambition affichée du plan de filière issu des États généraux de l’alimentation. À la suite de la crise de surproduction laitière après la fin des quotas, les industriels français sont devenus prudents, bien que la contractualisation ait limité l’envolée de la collecte.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !