«La frontière est à 500 mètres, mais nous ne la percevons plus, note Vincent Christin, éleveur laitier à Saint-Jean-de-Gonville (Ain). Nous vendons lait, viande et céréales en Suisse sans droit de douane, ni TVA. Ce qui change, c’est la différence de mentalité : les Suisses ont tendance à considérer les échanges de façon unilatérale. Ce qui complique parfois les discussions. »...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !