En quelques années, nous avons gagné 6 heures de travail par vache et par an », souligne Christophe Baudrin. À la tête de 120 charolaises à Lavaqueresse, dans l’Aisne, avec son frère Pascal, il gère aussi 290 ha de cultures et un atelier d’engraissement de porc. « La construction d’une nouvelle stabulation a permis de nous organiser autour des vêlages », ajoutent les deux frères...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !