En quelques années, nous avons gagné 6 heures de travail par vache et par an », souligne Christophe Baudrin. À la tête de 120 charolaises à Lavaqueresse, dans l’Aisne, avec son frère Pascal, il gère aussi 290 ha de cultures et un atelier d’engraissement de porc. « La construction d’une nouvelle stabulation a permis de nous organiser autour des vêlages », ajoutent les deux frères...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
Si vous êtes abonné, cliquez ici pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !