Installé à Ur, un village à la frontière espagnole dans les Pyrénées-Orientales, Joseph Marty élève 300 limousines en Gaec avec ses deux frères. Depuis un an, ils font abattre leurs veaux et leurs vaches à l’abattoir transfrontalier. Celui qu’ils utilisaient auparavant, trop difficile à mettre aux normes, a fermé en 2017. « Les Espagnols rencontraient les mêmes problèmes. En nous...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !