Le problème n’est pas nouveau. Mais il a pris de l’ampleur depuis un an, avec la reprise économique : « C’est tendu, même sur les postes non qualifiés aujourd’hui, constate Philippe Faucon, président de la Fédération nationale des groupements d’employeurs. Pour trouver un salarié, il nous fallait deux heures. Désormais, c’est au moins une journée. » Début 2017...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !