«Je voulais rendre service, venir en aide aux gens autour de moi. » C’est ainsi que Nathalie Barrault, avicultrice en vente directe à Noyant (Maine-et-Loire), explique son engagement de pompier volontaire. La jeune femme compose avec les contraintes de l’exploitation et de sa famille pour être de garde une semaine sur trois, nuit comprise. Après deux années d’engagement, sa motivation est toujours forte : « J’ai encore...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !