« Dans le cadre du projet Teneblimit, il ressort qu’il existe des ténébrions résistants aux insecticides. Nous travaillons sur treize populations et deux familles chimiques : les pyréthrinoïdes et les organophosphorés. L’alternance des familles de molécules est à privilégier pour varier les modes d’action. Changer de produit ne veut pas dire changer de matière active. Il est conseillé de lire...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
89%

Vous avez parcouru 89% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !