« Des sites comme Sivens, il n’y en aura plus au sens de l’occupation par des zadistes », a promis hier Xavier Beulin lors du Sommet du végétal à Reims. Nous avons pris la décision lors du conseil d’administration de la FNSEA, il y a six mois maintenant, que désormais, face à toute nouvelle tentative de ZAD, on n’attendra pas les forces de l’ordre, on ira nous-mêmes les déloger. »

Le président de la FNSEA a estimé que le fait générateur de ces nouvelles ZAD, il n’y en avait qu’un : « Notre-Dame-des-Landes ». Il a fustigé la gestion du dossier par Jean-Marc Ayrault : « Quand même, vous avez un maire d’une grande ville qui se bat pendant 25 ans pour avoir un aéroport. Ce maire est nommé Premier ministre. La première décision qu’il prend par rapport son projet, c’est de tout mettre en œuvre pour finalement lui tordre le cou. Enfin, c’est quoi de faire de la politique, c’est quoi d’assumer des responsabilités ? »

« Sivens on peut en parler, aujourd’hui on est à nouveau parti sur une boucle d’études, de nouvelles études, de contre-études, de contre-projets. C’est in-te-nable. » Et Xavier Beulin de citer la réalisation exemplaire à ses yeux de Gabas dans les Pyrénées-Atlantiques, 20 millions de mètres cubes, avec quatre objectifs réunis, l’utilisation agricole pour l’irrigation mais aussi une « biodiversité remarquable », un « soutien d’étiage en particulier pour l’Adour », et les loisirs « avec chaque jour en moyenne 100 personnes sur le lac (aviron, activités nautiques) ».

« On fait cohabiter sur un même site à partir d’une création des activités diverses. Est-ce que l’on peut refaire cela ailleurs ? » s’est-il interrogé.

Philippe Pavard