Deux organisations agricoles, la FNSEA et Coop de France, étaient présents lors des vœux de François Hollande aux acteurs de l’entreprise et de l’emploi le lundi 18 janvier 2016. Chacune en a tiré des points positifs, mais aussi des insatisfactions concernant le secteur.

La FNSEA, par la voix de son président Xavier Beulin, a salué « un discours volontariste », notamment concernant le travail, la compétitivité et la formation. Sur ce dernier point, Xavier Beulin s’est dit « preneur de tout ce qui peut renforcer l’employabilité ». Il a insisté sur l’alternance et sur « la noble place que cette formation devrait avoir dans nos sociétés ».

Adapter le compte de pénibilité et la complémentaire santé

Au rang des insatisfactions, le président de la FNSEA a évoqué le compte de pénibilité et la complémentaire santé, indiquant pour ces deux points : « Il faut qu’il y ait des aménagements qui prennent en compte nos spécificités. » Il a également regretté que le président de la République ait été peu bavard sur le code du travail, qu’il faudrait selon lui améliorer et aménager pour le rendre plus efficace et plus fluide.

Coop de France, de son côté, se félicite de la transformation du CICE en mesure d’exonération des charges sociales. Ce changement permet notamment aux coopératives d’y avoir droit alors que ce n’était pas le cas auparavant.

Étendre le CIR aux coopératives agricoles

Autres points positifs pour Coop de France : l’innovation et la pérennisation du crédit impôt-recherche (CIR). Cependant, elle rappelle que seules les filiales des coopératives agricoles y ont accès. L’organisme demande donc que les coopératives elles-mêmes puissent également en bénéficier.

Comme la FNSEA, Coop de France insiste sur l’aspect de la formation. Le communiqué de presse rappelle à ce sujet que « les coopératives adhérentes à Coop de France ont conclu en 2014 un millier de contrats d’apprentissage et 500 contrats de professionnalisation ». Coop de France salue également la prime à l’embauche de 2 000 € qui devrait toucher une large majorité de coopératives agricoles.