« Il est sûr que les nouveaux foyers [de grippe aviaire] peuvent secouer le marché en 2017 », avertit la Rabobank dans son bilan sur la volaille du dernier trimestre 2016. Le commerce de la viande de volaille tout comme celui des animaux seraient touchés. Après l’épisode précédent d’influenza aviaire en 2015, ces nouveaux cas « arrivent juste au moment où l’industrie commençait à enregistrer de meilleurs résultats ». Les perspectives de la filière en Asie, en Europe et en Afrique sont affectées.

La demande chinoise attendue

« Malgré la pression imposée de la chute des cours de la viande rouge, l’industrie de la volaille est sur des marchés équilibrés dans la plupart des régions », note également la Rabobank. De plus, en 2017, le maintien des fortes importations chinoises et hongkongaises est attendu, mettant le commerce sous pression. L’amélioration des relations russo-américaines pourrait également dynamiser le marché, alors que la perte d’entrain pour les traités commerciaux comme le Tafta le pénaliserait.

M.B.