Le groupe français Doux, leader européen de la volaille, a cédé la gestion des usines de sa filiale brésilienne Frangosul au géant brésilien de la viande JBS Friboi, a-t-on appris, ce mercredi 23 mai 2012, de sources syndicales et auprès de JBS Friboi.

JBS Friboi, le plus gros exportateur mondial de viande bovine et leader mondial de la volaille, « reprend la location des sites et du personnel de Frangosul », soit quelque 6.000 personnes, éleveurs et salariés des usines, a indiqué Raymond Gouiffes, délégué CGT chez Doux. Frangosul est en difficulté financière « et ne paye plus les éleveurs en temps et en heure », a expliqué M. Gouiffes.

JBS Friboi « ne reprend pas la dette de Frangosul », estimée à 294 millions d'euros, a encore indiqué M. Gouiffes. Selon lui, la dette globale du groupe Doux, y compris celle de sa filiale brésilienne, se monterait à quelque 437 millions d'euros.

De son côté, JBS Friboi a annoncé, dans un communiqué, avoir signé un « accord de location des actifs de Frangosul » au début de mai avec le groupe Doux, excluant les charges du volailler français.

« Nous voulons savoir ce que le groupe a vraiment cédé à JBS [...] pour voir s'il y a des marchés qui disparaissent pour nous » en France, a affirmé Raymond Gouiffes, craignant une inondation « du marché par le Brésil ».

Un comité central d'entreprise est prévu le jeudi 24 mai 2012 à Châteaulin (Finistère), siège du groupe Doux, avec pour ordre du jour les « réponses aux questions diverses sur la situation du groupe », selon la même source.

Doux, qui emploie 3.400 personnes en France, avait acquis Frangosul en 1998 car le groupe « cherchait des pays à faible coût de main-d'oeuvre », a expliqué Raymond Gouiffes, en soulignant que, depuis cette date, treize sites industriels du groupe avaient fermé en France.