« Je m’engage à développer les mesures d’étiquetage, pour valoriser la production française de qualité », assurait Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture à la fin d’août, dans une tribune du journal L’Opinion. Pour les professionnels de la filière de la volaille de chair, l’étiquetage en restauration hors domicile ne suffit pas. « Il faut aller plus loin en imposant...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
23%

Vous avez parcouru 23% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !