Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« La plus petite récolte depuis 1945 »

Viticulture
 - « La plus petite récolte depuis 1945 »
© Christian Watier Christian Watier

Le président du conseil des vins de FranceAgriMer prévoit une récolte inférieure à 37 millions d’hectolitres, alors que le ministère de l’Agriculture annonce 37,2 millions d’hectolitres. Pour Jérôme Despey, les prix des IGP et des vins sans IG doivent remonter.

« Nous sommes dans l’exceptionnalité en tous points, annonce Jérôme Despey. D’abord en raison de la précocité des vendanges qui ont démarré avec 15 jours à trois semaines d’avance. C’est une précocité inégalée. Ça fait 30 ans que je suis vigneron. J’avais déjà commencé à vendanger autour du 15 août, mais jamais le 10 août, comme cette année. »

« Ensuite, la récolte sera exceptionnellement basse à cause du gel de printemps et de la sécheresse cet été. Je crains malheureusement qu’elle soit inférieure à 37 millions d’hectolitres. »

Pas d’accord avec les prévisions du ministère

Une heure avant que Jérôme Despey prenne la parole devant la presse, ce 25 août au siège de FranceAgriMer, le ministère de l’Agriculture avait publié des prévisions annonçant 37,2 millions d’hectolitres (contre 37,6 millions d’hectolitres, à la mi-juillet).

Jérôme Despey n’y croit pas en raison de la sécheresse qui règne dans son bassin, le Languedoc-Roussillon, où le ministère annonce 11,4 millions d’hectolitres alors que les producteurs pensent qu’ils rentreront moins de 11 millions d’hectolitres.

« Ce sera la plus petite récolte depuis 1945 », annonce le président du conseil des vins de FranceAgriMer. Rappelons qu’en 2016, la récolte s’était élevée à 45,5 millions d’hectolitres ».

Malgré cela, les marchés à la consommation devraient être normalement approvisionnés car il reste des stocks, notamment dans le Languedoc-Roussillon. FranceAgriMer n’est pas encore en mesure de les chiffrer mais Jérôme Despey assure qu’il suffit de se rendre dans les caves pour constater qu’ils sont « importants ». Les négociants trouveront de quoi approvisionner leurs marques, y compris celles qu’ils ont basculées en vin d’Espagne.

Compte tenu de la faible récolte, « il n’y a aucune raison que l’on ne retrouve pas les prix d’il y a deux ou trois ans pour les IGP et les Vins sans IG. Il n’y a aucune raison que l’on ne regagne pas 5 à 15 €/hl », estime Jérôme Despey.

L’assurance récolte

Jérôme Despey est revenu sur l’un de ses sujets de prédilection : l’assurance récolte. Il a déploré être sans nouvelles du ministre de l’Agriculture à propos de deux revendications de la filière : abaisser de 30 à 20 % de pertes, le seuil de déclenchement de l’assurance récolte et remplacer la moyenne olympique par les rendements butoirs.

Jérôme Despey a aussi redit son idée d’utiliser les aides OCM pour inciter les viticulteurs à la prudence. Mais sur ce sujet sa position a évolué. Alors qu’il militait pour que ces aides soient versées aux seuls signataires d’un contrat d’assurance récolte, il suggère désormais qu’elles soient versées à condition que le demandeur ait souscrit un « outil de prévention » : l’assurance, mais aussi l’épargne de précaution ou le VCI (volume complémentaire individuel).

Bertrand Collard (La Vigne-Vitisphère)
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Hors Série - Eau et Irrigation - réponses à ceux qui veulent couper les vannes

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Déguster et améliorer son vin 

39€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER