« Les prévisions, surtout quand elles sont issues du ministère de l'Agriculture, ont un impact sur le marché. Prévoir une récolte à la hausse lorsque se négocient des contrats d'achat n'est pas sans incidence », a relevé mercredi le président des caves coopératives dans une lettre ouverte à Bruno Le Maire.

Denis Verdier réagissait à la dernière prévision de récolte de vins pour 2010, publiée dans Agreste par le service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l'Agriculture. Celle-ci fait état d'une estimation de vendange à 45,8 millions d'hectolitres (Mhl).

Par rapport à la prévision d'août encore au-dessus de la récolte de 2009, le ministère a revu ses prévisions de près de 2 Mhl à la baisse au 1er octobre, donnant de fait raison aux coopérateurs. Depuis plusieurs mois, ils annoncent une récolte de 2010 bien en dessous des prévisions officielles, comme « cela dure depuis des années ».

Les vignerons coopérateurs sont « disposés à rechercher (avec Agreste) des améliorations » à la méthode d'élaboration de ces prévisions qui est « insatisfaisante », selon le communiqué du 13 octobre 2010. Il invite également les services du ministère à la « prudence » dans leur communication.

Lire également :

B.V.