Près de deux tiers (65 %) des viticulteurs n'envisagent pas de modifier leurs pratiques en matière désherbage de la vigne, selon un sondage réalisé par ADquation et publié dans Machinisme & Réseaux de décembre 2010.

Si 4 % « ne se prononcent pas », les viticulteurs sont 31 % à vouloir modifier leurs pratiques, notamment dans l'Est (44 %), dans la tranche d'âge de 40-49 ans (38 %) et plutôt dans les petites exploitations (39 %). Parmi ces 31 %, 67 % veulent recourir davantage au travail du sol.