Les deux frères Pacifico sont producteurs de céréales dans le Var. Ils cultivent des surfaces dans la vallée de l’Argens et dans celle du Reyran. Au cœur de cette dernière, 8 ha de terres agricoles, occupés précédemment par une pépinière, ont été mis en vente. Antoine et Jean-Marc souhaitent acquérir ces terres pour développer leur activité. La ville de Fréjus souhaite également pouvoir s’installer sur cette zone pour déménager ses services techniques. Un projet de déchetterie était également prévu. La mise en place de cette installation a été suspendue explique le collectif de la Vallée du Reyran, qui se bat contre l’urbanisation de ces 8 ha.

« Des prix allant de 8 à 14 €/m² »

Pour Antoine et Jean-Marc Pacifico, l’acquisition de cette zone est d’autant plus importante que des bâtiments existent déjà et leur permettraient de stocker leur matériel. Problème, le prix des terres les rend inaccessible pour les deux frères. Le lot de 8 ha serait estimé à plus de 1 million d’euros. « Dans ce secteur, pour des terres nues, on nous annonce des prix allant de 8 à 14 €/m². C’est complètement inconcevable pour une structure agricole d’acquérir ces terrains, c’est se tirer une balle dans le pied » se désole Antoine Pacifico.

Réévaluer les terres ou faire intervenir Terre de Liens

« Sachant qu’aujourd’hui le prix des terrains est très élevé, nous demandons à France Domaine de venir sur place les estimer […] Afin que la propriété soit vendue en tant que « bien agricole » et non pas au prix du marché immobilier du littoral » écrit le collectif de la Vallée du Reyran dans un communiqué de presse du 12 juin.

« L’association Terre de Liens a été alertée » explique Michel Apostolo, qui siège pour la Confédération paysanne au comité technique de la Safer du Var. Réponse pour les frères Apostolo, le 30 juin lors de la prochaine réunion de ce comité.

Tanguy DhelinJournaliste Web