La consommation globale de viande a diminué en 2011, la progression de la volaille ne compensant pas le repli des autres viandes.

« La consommation de viande fléchit en 2011, après une année 2010 de reprise. Le contexte économique lui est défavorable », résume le service de la statistique du ministère de l'agriculture dans une nouvelle publication Agreste (1).

La consommation des viandes de boucherie se contracte de 2 % pour revenir à 3,72 millions de tonnes équivalent carcasses (Mtec). La viande bovine recule moins sévèrement (-1,5 %, à 1,61 Mtec) que la viande ovine-caprine (-2,8 %, à 0,194 Mtec). La viande de veau a été moins demandée (-5 %), alors qu'elle est la plus chère (14,76 €/kg en moyenne).

La viande porcine (1,88 Mtec) se replie de 2 % mais reste la viande la plus consommée, devant la volaille (1,63 Mtec, +1,7 %). Le poulet (+2,3 %), la dinde (+0,1 %) et le canard (+2,7 %) progressent. Le lapin recule fortement en 2011 (- 7 %), après une bonne progression (+5 %) en 2010.

En viandes bovine et porcine, le dynamisme des exportations françaises est venu concurrencer la consommation intérieure. Même chose en volaille, à ceci près que les importations (+7 %) ont pris le relais. Les importations de poulet représentent 40 % de la consommation française.

_____

(1) Agreste Conjoncture, Consommation, mars 2012.