La Russie compte interdire, à partir du 11 février 2013, les importations de viande en provenance des Etats-Unis, qui, selon elle, ne respectent pas ses critères sanitaires, ont indiqué mercredi les services vétérinaires russes.

Les autorités reprochent aux producteurs américains de boeuf et de porc l'emploi de ractopamine, un additif alimentaire utilisé pour augmenter la masse musculaire des animaux. Il est interdit en Russie au motif qu'il peut avoir des effets négatifs sur la santé des consommateurs.

Dans un communiqué, l'agence vétérinaire Rosselkhoznadzor, a indiqué que, « malgré de multiples avertissements », ses inspections avaient révélé la présence de ractopamine dans la viande, ce qui constitue « une grossière violation des exigences vétérinaires et sanitaires » russes.

« Dans la mesure où les infractions se poursuivent et que nous détectons de la ractopamine dans la viande importée des Etats-Unis, nous comptons limiter les importations à partir du 11 février », a renchéri son président, Sergueï Dankvert, cité par l'agence Interfax. « Nous allons informer les importateurs et les industriels sur les autres marchés d'où il est possible d'importer de la viande », a-t-il ajouté.

L'agence vétérinaire avait averti, depuis le mois de décembre 2012, les Etats-Unis, mais aussi le Canada, de ses nouveaux critères sanitaires. Elle avait prévenu, la semaine dernière, qu'elle comptait interdire, dès le 4 février, l'importation de boeuf et de porc réfrigérés en provenance de ces deux pays, mais la plupart de la viande importée l'est sous forme surgelée.

Mardi, les autorités russes ont annoncé que le Canada avait décidé de se plier à ses exigences.

En décembre, les Etats-Unis ont appelé Moscou à suspendre ses nouveaux critères d'importation, incohérentes selon Washington avec les obligations de la Russie en tant que membre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Rosselkhoznadzor avait alors réfuté des critiques « injustifiées ».