La viande et le lait d'animaux clonés et de leurs descendances sont similaires aux produits conventionnels et peuvent être consommés sans danger, a conclu un groupe d'experts auprès du gouvernement britannique.

Le débat sur la consommation de viande ou de lait de bovins clonés a émergé après la révélation à la fin de juillet par le quotidien International Herald Tribune que des éleveurs européens avaient commencé à exploiter la production d'animaux clonés, dans un contexte de flou juridique sur la question.

Le Comité d'experts sur les nouveaux aliments et transformations (ACNFP), un organisme chargé de conseiller le gouvernement britannique, a estimé que les produits d'animaux clonés « ne sont pas susceptibles de présenter des risques à la consommation ».

« L'ACNFP a confirmé que la viande et le lait du bétail cloné et de leur descendants ne présentaient pas de caractéristiques différentes de la viande et du lait produits de façon conventionnelle », a indiqué Andrew Wadge, responsable scientifique de l'Agence de sécurité alimentaire britannique (FSA).

Le comité a noté que des recherches complémentaires devaient être effectuées sur les conséquences sur la viande et le lait des différentes méthodes d'élevage des animaux, mais a conclu que les différences entre les animaux clonés et conventionnels étaient peu probables au-delà de la deuxième génération.

Le FSA évoquera cette question au cours d'une réunion en décembre qui devrait déterminer la position britannique en vue de négociations européennes sur ce sujet.

Autorisée depuis 2008 aux Etats-Unis, la vente de viande et de produits générés à partir de clones et de leur progéniture nécessite une autorisation spécifique de mise sur le marché, selon la législation européenne.

Les députés européens ont demandé à la Commission européenne d'interdire de tels produits animaux issus du clonage, mais une minorité de pays membres, dont la Grande-Bretagne sont davantage ouverts à la commercialisation de « viande clonée ».