Dans un communiqué de presse daté du 14 septembre, le ministre de l’Agriculture a assuré que « les pouvoirs publics pourront contribuer à des actions de communication mettant en avant les viandes de qualité », pour ne pas dire, du cœur de gamme. Ainsi, Stéphane Le Foll soutient un projet d’accord interprofessionnel « permettant l’amélioration de la qualité de la viande fraîche dans le souci de mieux répondre aux attentes des consommateurs. » Phil Hogan, commissaire européen à l’agriculture, devrait d’ailleurs recevoir du ministre une lettre faisant état des difficultés du marché de la viande bovine, et lui réclamant des mesures exceptionnelles de marché.

La Coordination rurale est sceptique

Les solutions de Stéphane Le Foll, la Coordination rurale n’y croit pas. La section viande du syndicat, représentée par Michel Manoury, estime qu’il s’agit « d’un brassage d’air inopérant, un copier-coller de la table ronde de l’an dernier », sans qu’il y ait aucune annonce sur la mise en œuvre du plan d’aide européen à l’élevage bovin.

Le syndicat ne croit pas non plus au « cœur de gamme », promu notamment par la Fédération nationale bovine. Il craint « que cela nuise aux initiatives déjà engagées localement par certains distributeurs. Les promesses de plus-values de 1 €/kg semblent se réduire à 50 centimes, sans oublier que cette démarche ne concernerait que les carcasses entières, soit au maximum 40 % de l’approvisionnement des grandes et moyennes surfaces », indique la CR.

Même constat pour la Confédération paysanne

La Confédération paysanne partage l’avis de la CR quant aux méthodes inchangées du ministre, à coups de « promotion à l’export, courrier au Commissaire européen, stockage privé, communication… ». Selon le syndicat, la crise « est la conséquence immédiate d’une politique de dérégulation menée conjointement par la Commission européenne et le gouvernement français. »

La Confédération paysanne estime que le secteur de la viande bovine a besoin d’une « gestion intelligente de l’offre, par des soutiens publics adaptés et par un système de sécurisation des revenus. »