Le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a annoncé, mardi, la nomination de Loïc Gouello, inspecteur général au ministère, en tant que médiateur afin d'assurer une sortie de crise dans le conflit sur la viande et annoncé une nouvelle réunion de l'interprofession bovine mercredi.

Le médiateur va assurer le suivi de tout le dossier pour une sortie de crise et il assistera à toutes les réunions de l'interprofession, a précisé le ministre au cours d'un point de presse à l'issue d'une première rencontre.

Bruno Le Maire a initié ces discussions pour désamorcer le blocage de plusieurs abattoirs du groupe Bigard, numéro un du secteur en France. Une nouvelle réunion de l'interprofession bovine aura lieu mercredi matin, a indiqué le ministre.

Jean-Paul Bigard, patron du groupe du même nom et président du Syndicat national des industriels de la viande, n'était pas présent aux discussions mardi. Mais selon le ministre, qui l'a rencontré lundi, il s'est engagé à participer à toutes les réunions de l'interprofession personnellement.

« C'est une grande avancée », a fait valoir Bruno Le Maire, qui a souligné que M. Bigard ne participait plus aux réunions depuis plusieurs semaines.

Une fois de plus, le ministre a parlé de la situation « intenable » des éleveurs bovins dont les revenus sont « trop faibles ».

Depuis dimanche soir, des éleveurs de viande bovine bloquent neuf abattoirs pour réclamer une revalorisation des prix. Les éleveurs de l'Ouest ont annoncé le blocage de trois autres abattoirs à compter de mardi.

Le groupe Bigard, emploie environ 17.000 personnes en France, sur 41 sites de production. Le chiffre d'affaires du groupe a doublé avec l'intégration de Socopa, à quasi 5 milliards d'euros, selon les derniers chiffres publiés qui datent de 2008.

Le groupe produit plus d'un million de tonnes de viande de veau, de porc, de boeuf et d'agneau, commercialisée notamment sous les marques Bigard, Charal, et Valtero.

Lire également :