Les éleveurs, les abatteurs et les distributeurs, réunis à Paris le 10 septembre 2014, ont débattu des éléments qui les opposent. « Il était urgent de nous réunir pour que le dialogue puisse s'ouvrir et que des orientations soient rapidement prises à court terme », déclare Dominique Langlois, le président d'Interbev, l'interprofession de l'élevage et de la viande, dans un communiqué du 11 septembre 2014.

Mais le sujet du prix payé au producteur n'a pas remporté tous les suffrages. « Les discussions doivent se poursuivre », regrette-t-il. Le débat a toutefois permis à la filière de s'accorder sur d'autres pistes. « Le consommateur est à la recherche de promotions, mais nous devons faire en sorte qu'elles ne soient pas destructrices de valeur, reprend Dominique Langlois. Un groupe de réflexion est engagé sur le sujet.

Autres consensus : l'amélioration de la qualité de la viande, la segmentation du marché et la valorisation des viandes françaises estampillées du logo « Viande bovine française ».