Environ 192.000 foyers étaient toujours privés d'électricité mardi à la mi-journée, principalement en Bretagne, à la suite du passage nocturne de la perturbation Dirk, a indiqué le gestionnaire du réseau électrique de proximité ERDF.

Vers 12h00, environ 110.000 foyers étaient sans courant en Bretagne, notamment 50.000 dans le département du Finistère, 31.000 dans le Morbihan et 24.000 dans les Côtes-d'Armor. Le reste des foyers touchés se situent en Normandie (25.000), dans les Pays de la Loire (16.000), en Aquitaine (10.000), dans le Rhône-Alpes (10.000), dans le Nord-Pas-de-Calais (9.000), en Picardie (5.000), en Ile-de-France (5.000) et en Franche-Comté (2.000).

Interrogé par l'AFP, un porte-parole d'ERDF n'a pu préciser quand la situation serait complètement rétablie. « Cela dépend beaucoup des conditions météo et du déplacement de la tempête ainsi que des conditions de travail de nos équipes d'intervention, qui subissent des fortes rafales. Il faut aussi dégager les voies d'accès », a-t-il expliqué. « On a pu faire décoller des hélicoptères en fin de matinée sur les régions les plus impactées, dans l'ouest de la France », pour procéder à l'évaluation des dégâts par reconnaissance aérienne, a-t-il ajouté. « Cette veille aérienne va accélérer un petit peu les choses ».

La perturbation Dirk, dont les rafales ont atteint 140 km/h, avait privé de courant jusqu'à 240.000 foyers mardi matin, essentiellement dans le nord-ouest de la France. Le courant pourrait ne pas être rétabli partout pour le réveillon de Noël, que des milliers d'abonnés s'apprêtent à passer à la bougie.

Seize départements, principalement sur un axe Rhône-Saône, restaient placés mardi à la mi-journée en vigilance orange aux vents violents ou aux inondations, le sud-est attendant de fortes pluies et la Bretagne faisant face à des risques de crues, a de son côté annoncé Météo-France.