Cette mesure de suspension se limite à la Chine et elle a été prise conformément à un protocole bilatéral existant entre les deux pays, a indiqué le ministère brésilien de l’Agriculture, de l’élevage et du ravitaillement dans un communiqué diffusé le 3 juin 2019.

Pas de changement de statut

L’Organisation internationale de la santé animale (OIE) a jugé inutile de modifier le statut sanitaire du Brésil, considérant comme « insignifiant » le risque présenté par la découverte de cet animal malade, a précisé le ministère brésilien.

Selon le communiqué, il s’agit d’un cas « atypique » d’encéphalopathie spongiforme bovine, dans la mesure où la maladie est apparue « de manière spontanée et sporadique, sans relation avec l’ingestion d’aliments contaminés ».

Évaluation chinoise en cours

Conformément au protocole bilatéral en vigueur, le Brésil « a suspendu les émissions de certificats sanitaires jusqu’à ce que les autorités chinoises aient conclu leur évaluation des informations transmises [par la partie brésilienne, NDLR] sur cet incident », déclare le ministère.

Au cours des quatre premiers mois de 2019, les exportations brésiliennes de viande bovine vers la Chine ont atteint 442,3 millions de dollars, en hausse de 16,12 % par rapport à la même période de 2018, selon les chiffres du ministère brésilien de l’Économie.

AFP