Le Copa (organisations agricoles européennes) et la Cogeca (coopératives européennes) ont appelé mardi à l’introduction d’une législation communautaire visant à mettre fin aux pratiques commerciales déloyales (PCD) au sein de la chaîne d’approvisionnement alimentaire dans leur réaction formelle à l’étude d’impact initiale de la Commission européenne. Les deux organisations ont en effet soumis ce jour leur réponse à l’étude d’impact qui avait été publiée en juillet.

Pekka Pesonen, secrétaire général du Copa-Cogeca, a indiqué que « le grave déséquilibre des rapports de force au sein de la chaîne d’approvisionnement alimentaire ne nous laisse pas d’autre choix que l’option 3 (ndlr : voir l’étude d’impact) et nous appelons donc à introduire une législation qui permettra d’améliorer le positionnement des agriculteurs et de lutter contre les pratiques commerciales déloyales ».

Les agriculteurs n’obtiennent que 20 % du prix d’un steak

« Il est inadmissible que les agriculteurs n’obtiennent par exemple que 20 % du prix d’un steak alors qu’ils font la majeure partie du travail de production. Il est clair que l’initiative volontaire de la chaîne d’approvisionnement, développée par des distributeurs et transformateurs, à laquelle le Copa et la Cogeca n’ont pas souscrit, ne fonctionne pas », ajoute Pekka Pesonen.

La transparence du marché doit également être améliorée, estime le Copa-Cogeca. « L’option 2 est l’option à privilégier à cet égard étant donné qu’une meilleure information permettra à tous les opérateurs de la chaîne d’approvisionnement alimentaire de prendre des décisions informées. En outre, nous avons besoin de dérogations au droit de la concurrence qui laissent les coopératives agricoles et d’autres types d’organisations de producteurs se développer en termes de taille et d’échelle », explique le communiqué du Copa-Cogeca.

Recevoir un prix équitable pour leur travail

Le Copa et la Cogeca « saluent » en outre la publication par la Commission européenne d’une consultation publique sur la manière de rendre la chaîne d’approvisionnement alimentaire plus équitable et « nous sommes en cours d’élaboration de notre contribution », explique les deux organisations européennes.

« Nous prévoyons que cela alimentera les propositions de la Commission qui devraient être publiées au printemps 2018, afin que les agriculteurs puissent recevoir un prix équitable pour leur travail », a ajouté Pekka Pesonen.