Le collectif commence son propos en ironisant sur l’épisode de grippe aviaire dont les victimes seraient « d’abord et avant tout, les canards » ajoutant : « Quand on sait que le foie gras est un foie malade – les canards étant atteints de la stéatose hépatique –, la filière du foie gras – et donc du canard gras – n’en est plus à une maladie près ! »

Un long couplet est consacré au dénigrement des méthodes de production et de gavage que ce soit en élevage industriel ou artisanal. « Il n’y a pas de gavage heureux », assènent-ils

Pour contrer l’objection économique d’une éventuelle interdiction, les signataires font le parallèle avec ceux qui, comme la chambre de commerce de Mulhouse en 1837, défendaient le travail des enfants en ces termes : « Leur coopération est d’une nécessité absolue et la question de leur admission en général en serait une question de vie ou de mort pour nos fabriques. »

« Toutefois, des mesures d’accompagnement et de reconversion devront bénéficier à tous ceux qui travaillent au sein de la filière du foie gras », consent le collectif.

Un professeur de médecine porte la contradiction

Dans un billet du 24 décembre, le blogueur Jean-Yves Nau, ancien journaliste de la rubrique santé du quotidien Le Monde, leur porte une contradiction factuelle sur l’aspect stéatose. Il cite pour ce faire, le Pr. Gabriel Perlemuter, chef du service d’hépato-gastroentérologie et nutrition de l’hôpital Antoine-Béclère (Clamart) et directeur de l’unité Inserm « Microbiote intestinal, macrophages et inflammation hépatique » : « Les affirmations des auteurs de cette tribune sur les oies et canards malades sont fausses. Ce n’est que du marketing pour faire avancer de façon mensongère une cause. Les oies et les canards sont des animaux qui ont la capacité naturelle de faire de la stéatose (foie gras). Les Égyptiens l’avaient bien compris et les utilisaient déjà il y a bien longtemps. Ces animaux font naturellement de la stéatose pour emmagasiner un stock d’énergie sous forme de graisse afin de pouvoir faire leurs grandes migrations hivernales, du Nord vers le Sud, en passant au-dessus du Proche-Orient… et de l’Égypte. Ils consomment alors progressivement la graisse accumulée dans le foie pour ne pas avoir à atterrir et à s’alimenter. Il n’y a dans le foie de ces animaux ni inflammation, ni fibrose, ni cirrhose. D’ailleurs, les hommes et femmes qui font une stéatose sans inflammation ou fibrose n’ont pas de diminution de leur espérance de vie. »

Avec cette tribune, l’animateur poursuit son néoprosélytisme en faveur du végétarisme, tout en montant d’un cran puisqu’il revendique cette fois des mesures coercitives.

Philippe Pavard

_____

(1) Françoise Armengaud, philosophe ; Aurélien Barrau, astrophysicien, professeur, université Grenoble-Alpes ; Pierre-Emmanuel Barré, humoriste ; Adélaïde De Clermont-Tonnerre, romancière et journaliste ; Jean-Baptiste Del Amo, écrivain ; GiedRé, chanteuse ; Marcela Iacub, juriste, CNRS ; Thomas Lepeltier, historien et philosophe des sciences ; Guillaume Meurice, humoriste ; Nagui, animateur, producteur et comédien ; Philippe Reigné, juriste, Conservatoire national des arts et métiers ; Matthieu Ricard, biologiste et fondateur de Karuna-Shechen ; Mathieu Vidard, journaliste.