Bien que le nombre d'actifs salariés et non-salariés dans les activités de travaux agricoles, forestiers et ruraux soit en forte hausse en 2013, la Fédération nationale des entrepreneurs des territoires (FNEDT) constate, dans un communiqué du 4 novembre 2014, de « sombres perspectives pour le travail saisonnier manuel en 2014-2015 ».

Gérard Napias, président de la FNEDT, affirme que « les politiques publiques doivent soutenir les efforts des employeurs agricoles, qui répercutent difficilement les coûts dans les prix de leurs prestations ». La forte pression des prix agricoles et la baisse de la consommation pénalisent les entreprises de travaux agricoles (ETA) et « voient fondre comme neige au soleil l'effet positif sur leurs comptes du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) », poursuit le communiqué.

Regrettant la suppression des exonérations de cotisations sociales patronales sur l'emploi agricole des activités de travaux agricoles, forestiers et ruraux dans le projet de loi de finances pour 2015, mais son maintien dans les exploitations agricoles, la FNEDT redoute une déstabilisation du marché du travail saisonnier agricole.

Affirmant que les entreprises de travaux agricoles « assureront au mieux le maintien de l'emploi », la FNEDT déplore « la mise en place d'une mesure anti travail salarié saisonnier manuel agricole en ETA ».

A.F.