« Les cotisations sociales ne doivent pas être la variable d'ajustement des revenus des paysans », estime la Confédération paysanne. Le syndicat dénonce, mardi dans un communiqué, un article du projet de loi de finances rectificative pour 2010 qui « renforce encore les exonérations de cotisations patronales pour les travailleurs occasionnels en agriculture. Cela doit permettre aux producteurs français de réduire leurs coûts de main-d'oeuvre pour être compétitifs avec nos voisins européens, quitte à entrer dans la logique du moins-disant social ».

Pour le syndicat, ce choix pourrait entraîner « une déresponsabilisation des employeurs face à la protection sociale de leurs salariés et une précarisation des travailleurs salariés agricoles qui, pour un certain nombre d'entre eux, se verraient maintenus dans un statut de saisonnier ».

Par ailleurs, « le financement de la protection sociale, solidaire et universelle » pourrait, à terme, être remis en cause, craint la Confédération paysanne.

Plutôt que des exonérations, le syndicat appelle les parlementaires à oeuvrer pour la « régulation des marchés » et « la souveraineté alimentaire » ainsi qu'à mettre en place « une aide directe plafonnée à l'actif non salarié et une aide de compensation plafonnée par salarié et par UTH ».

A.Ca.