Non-labour et semis direct, un festival centré sur les démonstrations
/
  • Parmi les premiers matériels à entrer en piste, c’est le déchaumeur Heliodor de Lemken qui ouvre le bal. Son double train de disques compact assure un travail superficiel du sol. L’un de ses objectifs est de préparer le lit de semences pour le semis sous mulch.

  • Le nouveau semoir Boss de Sly effectuait ses premiers pas sur un évènement au champ. Cet engin de semis direct a pour particularité d’utiliser un élément conçu avec un disque doublement incliné, travaillant par arrachement. La roue de rappui à l’arrière de l’élément fait office de roue de jauge.

  • Les résidus n’ont qu’à bien se tenir. Le Disc-O-Mulch d’Agrisem évoluait aussi sur les terres du lycée agricole. Cette version « Gold » du déchaumeur à disques indépendants est aussi proposée pour la préparation du lit de semences à des vitesses élevées. Il est équipé de deux rangées de disques de grand diamètre, soit 610 mm à l’avant et 560 à l’arrière.

  • Le semis monograine était aussi représenté. Un semoir Tempo V de 12 rangs de Väderstad effectuait quelques tours. Il autorise un semis de betteraves en 12 rangs avec 50 cm entre les rangs. Le maïs peut ensuite être semé en configuration à 8 rangs et 75 cm d’écartement. Le semis de colza peut ensuite être réalisé en version à 12 rangs avec un écartement réduit.

  • Retour à une largeur plus raisonnable. Un déchaumeur Optimer+ de Kuhn était attelé à un tracteur T7 210 New Holland en version « blue power ». Ce 403 R travaille sur 4 m de largeur à l’aide de 32 disques.

  • Attelée à un New Holland aussi, mais ici un TM 155, la trémie Multi Pro de 570 litres d’Eco-Mulch était associée au Contour Master 4-25. Celui-ci s’utilise sur chaumes, sur couverts végétaux ou sur un sol travaillé.

  • Les visiteurs étaient nombreux à venir assister aux démonstrations de l’après-midi. Ils ont pu observer le travail effectué par le déchaumeur Synkro 3530 de Pöttinger. Ce modèle porté de 3,50 m utilise 12 dents.

  • Déjà présenté en dynamique à Innov-Agri, l’Avatar 6 SD de Horsch montrait ses possibilités au festival NLSD. Il affiche une largeur de travail de 6 m. On retrouve 36 éléments semeurs repartis sur deux rangées. L’interrang est de 16 cm. La pression par élément peut atteindre 250 kg. La trémie de 3 500 l est proposée en simple cuve ou en double cuve.

  • Le déchaumeur à disques trainé Terradisc 4001 de Pöttinger était en démonstration. Cette version « T » à 32 disques de diamètre 58 cm travaillait une bande de 4 mètres de largeur.

  • L’Espro trainé de Kuhn était aussi de la partie. Sa version 4000 R travaille sur 4 m de largeur. Destiné au semis simplifié en itinéraire TCS, ses roues de rappui sont décalées de l’avant vers l’arrière. Il comporte la barre de semis « maison » Crossflex avec deux rangées de disques qui ouvrent le sillon.

  • Maschio-Gaspardo était présent avec le semoir affecté au semis direct Gigante. A distribution pneumatique, il comporte des roues de terrage indépendantes et une herse de recouvrement des semences avec levage hydraulique.

  • On garde le rouge, mais cette fois avec Pöttinger. Le Terrasem T4 Fertilizer sème avec un écartement entre les rangs de 12,5 cm, soit 32 rangs sur 4 mètres. La compartimentation de la trémie de 4 000 litres est de 60 % / 40%.

  • Le déchaumeur à disques trainé Carrier de Väderstad a évolué sur la parcelle. Ce modèle L 625 présente des disques de diamètre 510 mm. Les disques sont positionnés en X, ce qui doit annuler les forces latérales et donner à la machine une géométrie neutre.

  • Les débuts sont timides mais le semoir anglo-saxon Weaving a bien fait quelques mètres. Ici en version portée, son élément a pour particularité de reposer sur un agencement à doubles disques, montés selon un angle de 25° par rapport à la verticale. Ils peuvent tourner autour d’un pivot central monté dans le corps du soc. Le premier disque de plus grand diamètre ouvre le sol tandis que le second le soulève. La roue plombeuse simple tasse la paroi soulevée.

  • Changement de couleur avec le vert d’Amazone. Le Primera DMC était à l’œuvre. Le constructeur allemand l’utilise sur mulch, en semis direct ou conventionnel. La localisation de la semence et de l’engrais est réalisée par des socs à coutre, montés sur parallélogramme. Les socs à coutre sont guidés en profondeur par le biais de doubles roues « reflex », inclinées et positionnées respectivement à gauche et à droite derrière chaque soc.

  • Enfin, le Compil de Duro était présent et aussi en démo. La profondeur de travail est contrôlée par les roues et le tracteur contribue à faire travailler les bêches par arrachement. Les rouleaux arrières raffermissent l’épaisseur affinée. En déchaumage et destruction de couverts végétaux, le Compil doit mélanger les résidus à l’épaisseur de sol travaillée, sans les enfouir.

Si le festival proposait nombre de conférences et de stands réservés aux solutions nutritives pour le sol, les visiteurs ont été nombreux à se diriger vers les démonstrations de matériels. Semoirs de semis direct et outils de travail du sol superficiels ont travaillé lors de sessions de démonstrations le matin et l’après-midi, sous un soleil radieux.

La plupart des constructeurs, représentés par une concession, ont ainsi profité de conditions idéales pour démontrer l’efficacité de leurs produits. Les visiteurs se sont fait une idée plus précise de la qualité de travail fournie.

Vincent Gobert