« Il ne peut pas y avoir d’accord de traité transatlantique. Cet accord ne va pas dans le bon sens », a lancé Manuel Valls à des militants du PS ce dimanche à Belleville-sur-Mer, dans la Seine-Maritime. Le Premier ministre tient d’abord à rassurer politiquement. Et il ne prend pas trop de risque tant la conclusion des négociations entre les États-Unis et l’UE apparaît de plus en plus compromis à mesure que les élections américaines se rapprochent.

« Dorénavant, aucun accord de libre-échange ne doit être conclu s’il ne respecte pas les intérêts de l’Union. L’Europe doit être ferme. La France y veillera », a prévenu Manuel Valls.

Avec l’AFP