Alors qu'elle s'est faite rare durant tout le printemps, la pluie joue maintenant les trouble-fête pour les moissons dans la moitié nord de l'Hexagone. Et les chantiers ne devraient pas reprendre avant le milieu de la semaine prochaine, au mieux. Entre 10 et 75 % des colzas restent à couper dans ces régions. Ce qui a déjà été collecté est très correct.

« C'est mieux que prévu. Les parcelles n'ont pas trop souffert de la sécheresse, notamment celles semées tôt », analyse un opérateur dans l'Aisne. Les rendements oscillent ainsi entre 30 et 45 q/ha de moyenne (sauf dans les Pays de la Loire, à 26 q/ha), avec toutefois plus de disparités que d'habitude. Certains font 15 q/ha dans les terres très séchantes, quand d'autres dépassent 50 q/ha en sols profonds.

Inquiétudes sur la qualité

Le bilan est beaucoup plus nuancé pour les céréales. Les escourgeons, terminés en grande partie, font entre 60 et 80 q/ha de moyenne, avec une qualité correcte. Les orges de printemps ne sont guère avancées, mais les premiers échos ne sont pas très encourageants, avec une moyenne entre 40 et 60 q/ha seulement. Les lots sont souvent très protéinés.

Les blés tendres restent le plus gros morceau : entre 20 et 100 % doivent encore être récoltés. Les premières parcelles moissonnées sont très moyennes, autour de 55-70 q/ha. C'est souvent 10 à 15 % de moins que l'an dernier. Il est toutefois difficile de donner un rendement moyen à cause de la très forte hétérogénéité des résultats selon les pluies, le type de sol, la date de semis et des apports d'azote.

Cela va parfois du simple au triple, comme dans l'Aube (de 30 à 95 q/ha). Du côté de la qualité, c'est très bon, avec des protéines dans la norme et des poids spécifiques (PS) exceptionnels, jusqu'à 83 kg/hl. Mais, les pluies actuelles pourraient affecter ces PS et les temps de chute de Hagberg des blés les plus avancés.

Blé : rendement en baisse de 12 %

Selon les estimations au 1er juillet du ministère de l'Agriculture, le rendement français de blé tendre chuterait de 9 q/ha en moyenne par rapport à 2010 (-12 %), pour s'établir à 64 q/ha. L'orge suit aussi cette tendance à la baisse, avec un rendement moyen évalué à 54 q/ha (-10 q/ha, soit -15 %), de même que le colza, à 30 q/ha en moyenne (-3 q/ha, soit -9 %). 

I.E. et F.M.