« La ville de Paris ne pourra pas produire plus de 10 % de ses besoins alimentaires », reconnaît Étienne Gangneron, président de la commission en ouverture de son intervention au Cese, en citant les chiffres de l’Inra. Pas question, pour autant, de renoncer à l’agriculture urbaine, selon les rapporteurs de l’avis.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !