En 100 ans, entre 1912 et 2012, la forêt française a augmenté de 6,5 millions d’hectares (+66 %). Cette forte croissance est imputable principalement à la forêt des particuliers (dite forêt privée) qui a doublé de surface passant de 6,4 à 12,4 millions d’hectares, relève une étude du CGAAER (Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux) sur la « Valorisation agricole et forestière de l’espace rural ». L’étude fait un état des lieux de la forêt française pour orienter les politiques forestières.

Cette extension forestière s’est produite essentiellement sur des terrains agricoles privés morcelés et se localise principalement dans un grand Sud-Est incluant le Massif central. Leur localisation est le corollaire de la déprise agricole, comme le montre la carte en page 66 du document.

Cette augmentation des surfaces forestières est en quelque sorte subie et ne résulte pas d’une volonté politique. Ces surfaces sont d’une certaine façon méconnues, inexploitées, et risquent de

poser dans le futur de réels problèmes environnementaux et de sécurité, aggravés par l’effet du changement climatique.

S.B.