Selon le rapport trimestriel de l’ISO, la production de sucre devrait atteindre 179,30 millions de tonnes en 2017-2018, contre 167,77 millions de tonnes en 2016-2017, soit une hausse de 6,87 %. En cause, la forte augmentation de la production attendue par rapport à 2016-2017 en Inde (+4,5 Mt), dans l’Union européenne (+2,8 Mt), en Thaïlande (+2,1 Mt), ainsi qu’en Chine (+1,2 Mt).

La demande, quant à elle, devrait augmenter de seulement 1,77 %, à 174,66 millions de tonnes. Par ailleurs, l’organisation ne s’attend pas, malgré la baisse des prix, à une plus forte reprise de la consommation de sucre dans le monde (lire l’article du 9 août 2017).

Ainsi, le surplus d’offre devrait s’établir à 4,64 millions de tonnes, (contre 3,86 millions de tonnes de déficit en 2016-2017).

Le prix du sucre ne cesse de baisser

Depuis le début de l’année, les cours du sucre ont fortement reculé en raison des craintes d’un surplus de l’offre. Au vu de cette tendance, l’Association internationale du sucre table sur une réorientation des débouchés. « Ce surplus devrait peser sur les prix. Cela dit, si les prix du sucre continuent de baisser, cela devrait pousser les raffineries brésiliennes à transformer la canne à sucre en éthanol plutôt qu’en sucre », ont commenté les analystes de l’ISO.

Par ailleurs, ces derniers rappellent que le scénario peut encore évoluer : « Il faut également attendre de voir comment l’année va se dérouler, car des phénomènes climatiques pourraient endommager les récoltes », ont-ils prévenu.

M.S. avec l’AFP