Le prix du sucre est tombé, cette semaine, à son niveau le plus bas depuis deux ans sur le marché à terme de Londres.

Les cours du sucre ont encore accentué cette semaine le mouvement de baisse entamé à la fin de juillet 2012, glissant à New York à leur plus bas niveau depuis le début de juin, et tombant vendredi à Londres jusqu'à 544,90 dollars la tonne, un niveau plus vu depuis août 2010.

« L'accélération de la récolte au Brésil (premier producteur mondial de sucre, ndlr) a ébranlé le marché et plombé le moral des opérateurs, affaiblissant les contrats pour livraison en octobre », a souligné le cabinet spécialisé Czarnikow.

Le marché a été miné encore davantage par la publication, jeudi soir, d'un rapport de l'Unica, principale organisation brésilienne du secteur, faisant état d'une hausse de 14 % sur un an du volume de sucre produit à partir de la canne au cours de la première quinzaine d'août.

Cependant, « en dépit de l'accélération de la cadence » de traitement de la canne à sucre, « il ne sera pas possible de rattraper totalement le temps perdu » au début de la saison – après les retards provoqués jusqu'au début de juillet par des précipitations abondantes dans le pays –, a tempéré le président de la fédération, Antonio de Padua Rodrigues.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en octobre valait 547,80 dollars vendredi, contre 558,20 dollars le vendredi précédent.

Sur le NYBoT-ICE américain, la livre de sucre brut pour livraison en octobre cotait 19,65 cents, contre 20,20 cents sept jours auparavant.