Robots et surveillance à distance à l’honneur
/
  • Avec son Discovery 120 Collector, Lely abandonne le raclage pour l’aspiration de lisier. Cette solution permet de robotiser l'entretien des stabulations entièrement bétonnées. Le robot était jusqu’à présent réservé aux caillebotis.

  • Avec son module GSM, CK Industries offre la possibilité de surveiller et piloter son racleur à distance.

  • Le concept Meteor de Lely intègre plusieurs solutions de lutte contre la dermatite digitée, dont ce dispositif de nettoyage et de traitement des pattes avant et après la traite, quand la vache est présente dans le robot.

  • Le repousse-fourrage Cow-Boy d’ALB Innovation arbore un design original.

  • Le robot Octopus assure la surveillance des poulaillers et il est capable de brasser et désinfecter les litières.

  • Altec se lance dans la distribution automatisée de fourrages en vrac avec le Colibi. Cette machine est disponible avec un entraînement entièrement électrique.

S’épargner les astreintes pour consacrer plus de temps au pilotage de l’élevage, ce sont les promesses faites par tous les robots présents sur le Space. Les innovations sont plutôt discrètes dans le domaine du robot de traite où l’information principale est l’absence de DeLaval sur le salon. En revanche, elles sont légion dans les domaines du raclage et l’alimentation.

Aspirer au lieu de racler

Dans l’entretien des stabulations bétonnées, l’innovation principale se trouve sur le stand Lely avec le Discovery 120 Collector. Contrairement à son aîné Discovery et à tous ses concurrents, ce nouveau robot est capable de nettoyer les surfaces planes entièrement bétonnées et n’est plus cantonné aux seuls caillebotis. D’ailleurs, ce robot ne racle pas mais aspire le lisier dans une poche de 340 litres qui va se vidanger automatiquement au niveau de la fosse. Son ordinateur de bord Linux lui offre la possibilité de réaliser des parcours compliqués et donc d’évoluer dans des couloirs de 25 x 25 m pour une surface totale de 500 m², soit une centaine de vaches.
Pour ceux qui préfèrent un raclage plus classique mais ne veulent pas avoir un fil à la patte, CK Industries équipe son racleur d’un module GSM qui informe l’éleveur par SMS lorsqu’un problème survient sur l'installation. Le système fonctionne dans les deux sens et l’éleveur peut aussi envoyer des commandes par sms à l’installation comme un départ de cycle de raclage.

Choix pléthorique en repousse-fourrage

Du côté des robots repousse-fourrage, les solutions ne manquent pas. Chacun y va de sa solution avec un même principe : repousser le fourrage vers l’auge avec une lame ou le seul poids du robot. Dans ces conditions, il est bien difficile de se distinguer et certains comme LB innovation jouent la carte du design avec un robot en forme de chapeau de cow-boy. L’allemand Wasserbauer se distingue avec un système de vis sans fin pour ramener le fourrage vers l’auge, un peu à l’image d’une vis de recentrage sur une presse.

Enfin, les robots de distribution du fourrage en vrac accueillent un nouveau venu, le Colibri de l’aveyronnais Altec, qui a la particularité de se décliner aussi en versions trainée et suspendue. Ce robot convient pour les bovins et les ovins. Il peut fonctionner avec un moteur thermique ou électrique. Dans ce dernier cas, tous les entraînements hydrauliques sur la machine sont remplacés par un entraînement électrique.

C. Le Gall