Les pays du G20 estiment que « promouvoir la production agricole est essentiel pour nourrir la population mondiale. [...] En particulier, nous décidons d'investir dans la recherche et le développement en matière de productivité agricole et de la soutenir », indique le communiqué final du sommet de Cannes, qui s'est achevé vendredi.

Se référant au G20 agricole de juin dernier, le communiqué du sommet de Cannes précise qu'« à cette fin, nous décidons d'agir dans le cadre du plan d'action sur la volatilité des prix alimentaires et sur l'agriculture approuvé par nos ministres de l'Agriculture ». Il ajoute : « Nous avons lancé le “Système d'information sur les marchés agricoles” (SIMA) pour accroître la transparence sur les marchés des produits agricoles. »

Pour renforcer la sécurité alimentaire, « nous nous engageons à élaborer les instruments appropriés pour la gestion des risques et des situations humanitaires d'urgence », ajoute les membres du G20. « Nous décidons que les denrées alimentaires achetées par le Programme alimentaire mondial à des fins humanitaires non commerciales ne seront pas soumises à des restrictions aux exportations ou à des taxes extraordinaires. Nous nous félicitons de la création d'un “Forum de réaction rapide” afin d'améliorer la capacité de la communauté internationale à coordonner les politiques et à élaborer des réponses communes en cas de crise des marchés », explique également le communiqué.

Concernant les pays en développement et la sécurité alimentaire, « la crise humanitaire dans la Corne de l'Afrique souligne l'impérieuse nécessité de renforcer l'intervention d'urgence et de long terme pour remédier à l'insécurité alimentaire ». « Nous soutenons les initiatives concrètes mentionnées dans la déclaration finale de Cannes, en vue de renforcer les investissements dans le secteur agricole et d'atténuer les effets de la volatilité des prix, notamment dans les pays à faible revenu et dans l'intérêt des petits exploitants. Nous nous félicitons de l'initiative prise par la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pour créer un projet pilote de système régional ciblé de réserves alimentaires humanitaires d'urgence et de l'initiative ASEAN+3 concernant une réserve d'urgence en riz », indique la déclaration finale.

Le communiqué final du sommet de Cannes évoque également le programme de régulation financière, entérinant « les recommandations de l'OICV [ndlr : Organisation internationale des commissions de valeur] pour l'amélioration de la régulation et de la supervision des marchés de dérivés de matières premières ». « Nous convenons que les régulateurs de marché doivent être dotés de réels pouvoirs d'intervention pour prévenir les abus de marché. En particulier, ils devraient, entre autres pouvoirs d'intervention, disposer et faire usage de leurs pouvoirs de contrôle des positions, y compris établir des limites de position ex ante en tant que de besoin », précise le document.

A l'occasion du sommet du G20 à Cannes, Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture, et Jacques Diouf, directeur général de la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) ont salué vendredi la publication par le Système d'information sur les marchés agricoles de son premier rapport sur l'état des marchés agricoles, le 2 novembre 2011. Le rapport, disponible en ligne à l'adresse http://www.fao.org/worldfoodsituation/wfs-home, présente la situation et les perspectives sur les marchés du blé, du maïs, du riz et du soja.

Par ailleurs, Bruno Le Maire, Bill Gates, coprésident de la Fondation Bill, et Melinda Gates, ont annoncé vendredi le lancement d'un partenariat pour accroitre les investissements pour la productivité agricole dans les pays en développement.

Selon un communiqué du ministère, ils se sont entendus sur les actions suivantes :

• Soutien au Système d'information sur les marchés agricoles, lancé à Rome le 15 septembre 2011, pour améliorer la qualité des informations sur les marchés agricoles, y compris sur les stocks. La Fondation fournira une assistance technique et financière de 1,5 million de dollars à cette initiative et assistera la présidence pour garantir que les pays en développement disposent des outils nécessaires pour y participer.

• L'organisation, d'ici à la fin de l'année, avec la nouvelle présidence mexicaine du G20, d'une rencontre trilatérale, afin d'assurer que ce plan d'action continuera d'être mis en oeuvre à l'avenir et de soutenir le travail initié par la conférence du G20 sur la recherche agricole pour le développement, qui s'est tenue à Montpellier les 12 et 13 septembre 2011, sur l'augmentation des investissements en faveur des innovations agricoles.

Téléchargez le communiqué final du Sommet du G20 de Cannes. (pdf)

Lire également :

Y.H.