Tout comme les tractoristes, les fabricants de chargeurs télescopiques sont contraints d’intégrer les artifices sous le capot (SCR, filtre à particules ou catalyseur) pour répondre à la norme anti-pollution. Intégrer ces composants tout en minimisant la perturbation de la visibilité pour le chauffeur est un vrai challenge. En effet, non seulement les capots sont plus hauts sur la partie arrière, afin de plonger vers l’avant de la machine, mais les pots d’échappement ont doublé de volume, et sortent des capots moteurs…

JCB a trouvé la parade avec un chargeur télescopique d’entrée de gamme. Nommé Smart Power, son moteur de 74 ch répond à la norme antipollution sans FAP ni SCR. Le constructeur anglais le présente comme un télescopique de cour de ferme. Évidemment, avec un moteur de cette puissance, il sera difficile de monter sur un tas d’ensilage ou d’atteindre l’efficacité d’un moteur de 115 ch.

© © H. Etignard/GFA

Côté transmission, la tendance se tourne vers la variation continue sur les chargeurs télescopiques. Elle permet de passer de 0 à 40 km/h sans rupture de couple. Chaque constructeur y va de sa technologie. JCB fait le pari de cumuler deux solutions : hydrostatique pour la précision à basse vitesse, et powershift, pour les grandes vitesses au-delà de 19 km/h. Manitou fait appel au spécialiste allemand ZF, qui fournit une vraie transmission à variation continue.

© © H. Etignard/GFA

Merlo combine deux transmissions hydrostatiques. Enfin, d’autres marques comme Dieci combinent deux moteurs hydrostatiques et une seule pompe hydraulique. Ces transmissions sont souvent proposées sur des modèles haut de gamme, ou de forte puissance. La variation continue complète l’offre, mais ne remplace pas encore les traditionnelles transmissions powershift et hydrostatiques.

De son côté le constructeur italien Merlo renouvelle sa gamme de télescopiques Mutifarmer, des chargeurs équipés d’un relevage et d’une prise de force arrière. La gamme compte à présent 4 modèles, contre deux auparavant. La gamme TurboFarmer voit son offre divisée par deux, passant de 24 versions à 12, afin de simplifier la commercialisation des produits. Le nombre de modèles reste inchangé.

© © H. Etignard/GFA

Les ventes sont stables en Europe

En 2016, le marché mondial du chargeur télescopique, BTP et agricole, a atteint près de 46 000 machines, contre 48 800 l’année précédente. S’il a baissé en Amérique du Nord avec 15 900 machines vendues en 2016 contre 19 000 en 2015, il est resté stable en Europe, avec 25 000 chargeurs.

Des évolutions sur les chargeurs frontaux

En termes d’innovations, les chargeurs frontaux ne sont pas en reste. Le fabricant suédois Quicke renouvelle complètement sa gamme « Q ». Le chauffeur est assisté d’un compagnon en cabine, nommé Q-Companion. Ce boîtier offre une vraie pesée dynamique. L’opération se fait lorsque le tracteur est statique. Il suffit de suivre les instructions sur l’écran du Q-Companion. En levant le chargeur, des capteurs de pressions déterminent, avec une précision de 1 %, la charge soulevée ou chargée dans le godet.

© © H. Etignard/GFA

Le constructeur français MX améliore la conduite et l’ergonomie en cabine pour le chauffeur avec un joystick qui épouse la forme de la main. Les fabricants de chargeurs proposent des montages d’origines sur les tracteurs, avec le brancard à la couleur de la marque.

Henri Etignard